Baisse des prix, projets d’investissement, recherche de partenaires…
Sonatrach face à de nouveaux défis - Par Fayçal Abdelaziz -

Défis. La compagnie nationale d’hydrocarbures est sous pression. La baisse conséquente des prix du pétrole depuis juillet 2014 impose à Sonatrach une nouvelle démarche de développement et des défis à surmonter.

Le nouveau PDG a reconnu, lors d’une récente sortie sur le terrain, la complexité de la situation du secteur énergétique, invitant les travailleurs à redoubler d’efforts pour sauvegarder la place du groupe au sein de l’économie mondiale.

En effet, lors d’une visite qui l'a conduit dans plusieurs sites pétroliers et gaziers du sud-est du pays, Abdelmoumen Ould-Kaddour a appelé les travailleurs et les dirigeants de la compagnie à davantage d’efforts et de dialogue pour préserver cet acquis et aller de l’avant.

Le patron de Sonatrach a insisté sur le dialogue, la concertation et le travail dans la transparence. «J'ai constaté depuis mon arrivée à la tête du groupe, que le contact entre les travailleurs et même entre les dirigeants est faible et parfois inexistant. Nous sommes dans une situation qui nous oblige à nous rapprocher et à dialoguer. Il est impératif que tout employé ressente qu'il est concerné par la conjoncture actuelle», a-t-il souligné. Il est temps, a-t-il ajouté, de «se mobiliser pour le mieux de l'entreprise et du pays». 

Il a incité les travailleurs à fournir plus d'efforts sur tous les plans, notamment dans le volet managérial, pour surmonter la situation actuelle caractérisée par la chute drastique des prix du brut. Ould-Kaddour, qui a salué à l’occasion les travailleurs qui ne cessent d'engager des efforts afin de maintenir la production à des niveaux acceptables, a mis en avant les priorités de l'entreprise à surmonter les défis actuels et futurs. Sans démagogie, il dira que «la situation actuelle est difficile, et même très difficile».

Sonatrach, qui intervient dans l’exploration, la production, le transport par canalisations, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures et de leurs dérivés, devra aussi se diversifier et investir dans les énergies nouvelles et renouvelables, l’exploitation minière et à aller vers les marchés extérieurs. Pour l’année 2016, le groupe Sonatrach a réalisé un chiffre d’affaires de 3.398 milliards de dinars, en légère baisse par rapport à l’exercice 2015. Le bénéfice net a été de 207 milliards DA, environ 2 milliards de dollars. Ce qui est minime par rapport aux montants affectés aux projets d’investissement engagés par le groupe. Sonatrach reste le principal contribuable au budget de l’Etat. Durant l’exercice 2016, il a versé au Trésor public, au titre de la fiscalité, un montant de 1 863 milliards de dinars. Une contribution qui démontre que ce groupe est stratégique et devra bénéficier de toutes les conditions pour rester aussi performant et participer activement au développement économique du pays.

Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié en mars dernier, la production pétrolière algérienne devrait baisser dans les années à venir, passant de 1,14 million de barils par jour (mb/j) produits en 2016 à 1,05 million de barils par jour en 2022. Ceci au moment où la consommation interne ne cesse d’augmenter. Sonatrach a dû revoir à la baisse ses ambitions. Son plan de développement 2017-2021 ne prévoit que 50 milliards de dollars d'investissement, contre 70 milliards de dollars programmés en 2016. Cette chute envisagée est due à la baisse de ses recettes en raison de la déprime des prix du pétrole. Selon les experts, les coupes dans les investissements auront, sans aucun doute, un effet négatif sur le développement à moyen terme de la compagnie. Si les investissements prioritaires dans l'amont, c'est-à-dire l'exploration-production, sont maintenus, en revanche, d'autres segments d'activité, comme la pétrochimie, le raffinage, la liquéfaction du gaz naturel, feront les frais de ces choix. Devant cette situation, l’option du partenariat avec les grandes compagnies mondiales reste une solution idoine. Pour ce faire, la décision a été prise d'assainir tous les contentieux avec les groupes internationaux qui ont eu des difficultés à investir en Algérie. 

Les différends à aplanir

Depuis quelques mois, on a assisté à une démarche louable de résolution «à l'amiable» de litiges qui traînaient au niveau des tribunaux d'arbitrage internationaux des années durant. En effet, Sonatrach a signé avec l'espagnol Repsol et le français Total des accords globaux visant à aplanir les différends existants.

Ces accords permettront aux deux compagnies de fructifier leur partenariat à travers la poursuite de l'exploitation conjointe et le règlement à l'amiable des différends existants entre elles. Sonatrach a eu à solliciter les compétences du tribunal d'arbitrage international pour statuer sur les affaires concernant l'application de la taxe sur les profits exceptionnels (TPE) l'opposant à des sociétés étrangères opérant en Algérie. Ce type de litiges ont opposé Sonatrach à des compagnies comme Repsol Exploracion Argelia S.A, Samsung C&T Corporation et SK Innovation Co Ltd, Anadarko, Maersk Oil, Eni et Total. L'application de la taxe sur les superprofits introduite en 2006 a été considérée par les partenaires de Sonatrach comme «une mesure surprise» provoquant des tensions et des conflits préjudiciables pour l’Algérie. Il y a eu aussi des résiliations de contrats à cause du retard dans la réalisation de projets ou du non-respect des coûts. Etant donné les répercussions néfastes de ces conflits sur le secteur énergétique national, se traduisant par la chute des investissements et des projets d’exploration et dans un contexte de baisse des prix des hydrocarbures et de recul des réserves, la compagnie nationale n'a d'autre choix que de se réconcilier avec ses partenaires afin de se lancer dans de nouveaux projets d'exploration et d'exploitation de gaz et de pétrole. Pour leur part, les compagnies étrangères ont l’opportunité de travailler en Algérie et d’explorer de nouvelles sources gazières et pétrolières.

| | | | |
© 2012- site administré par Salim RABIAI