L’heure n’est plus au fatalisme

La crise économique qui sévit actuellement en Algérie a relancé le débat sur les capacités du pays à y faire face. Faut-il céder au fatalisme et au désespoir ou se résigner à trouver les solutions qui s’imposent ? Cette question mérite d’être posée, aujourd’hui, étant donné les réactions plus ou moins inappropriées et injustifiées de certaines parties qui prévoyaient des lendemains catastrophiques pour le pays. Ces projections pessimistes ne proposent pas des alternatives et des politiques pouvant aider à sortir de ce marasme. Bien au contraire, elles versaient dans la critique acerbe visant juste à démoraliser la société et à anéantir l’espoir d’une sortie de crise.

Exploitant les données communiquées par le Premier ministre Ahmed Ouyahia sur la situation financière du pays, qui s’est sérieusement dégradée ces deux dernières années, ces analystes vont jusqu’à prédire la faillite de l’Etat et l’effondrement de l’économie algérienne. Evidemment, il ne faut pas considérer, ici, que ces pronostics sont inutiles. Ils servent d’une manière ou d’une autre à susciter des réflexions et parfois des polémiques. Sur ce plan, la liberté d’expression et d’opinion consacrée dans la Constitution a permis de connaître les avis et d’avoir des opinions divergentes sur ce sujet. Mais, il est nécessaire de souligner que la situation actuelle du pays exige de nous d’être plutôt vigilants et déterminés. Toutes les forces vives de la société doivent s’unir et se solidariser pour aborder les multiples défis qui s’imposent au pays.

L’union entre les composantes politiques, économiques et sociales aidera à surmonter toutes les difficultés. C’est le cas, d’ailleurs, dans les grandes démocraties occidentales, qui se mobilisent aujourd’hui pour affronter l’ensemble des questions de l’heure, à savoir, la sécurité, la récession économique et l’environnement. C’est dans cet esprit qu’oeuvrent les signataires du pacte économique et social de croissance. Le gouvernement, les organisations patronales et la centrale syndicale savent très bien que l’heure actuelle n’est pas convenable pour se quereller et se livrer à des procès vains.

La situation économique impose la conjugaison de tous les efforts et des énergies pour aller de l’avant. En invitant les Algériens à garder espoir et à préserver la sérénité politique existante, Ahmed Ouyahia est persuadé que les possibilités existent réellement pour dépasser les obstacles. Un pays jouissant d’une jeunesse dynamique, d’un vaste territoire, de richesses naturelles ainsi que d’une histoire jalonnée de victoires légendaires ne peut se soumettre et céder aussi facilement au pessimisme.

Partager cet article

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

redac@actuel-dz.com
l.actuel@gmail.com

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.