51ème Foire Internationale d'Alger : Quelle place pour la vitrine du Made in Algeria ?

Affaires. Les économistes les plus avertis dans le monde vous diront que toute entreprise qui n’a pas la capacité et l’ambition de s’adapter ou de se réinventer en permanence face aux nouveaux modèles du marché, qu’il soit local ou international, est vouée à l’échec, voire à la disparition.

De nos jours, le contexte des affaires est devenu par la force des évènements économiques très ouvert et concurrentiel, c’est pourquoi l’entreprise algérienne n’a d’autre choix que de suivre le bon chemin de la compétition pour imposer sa présence – pour ne pas dire son existence - parmi les autres groupes économiques de production. Certes, le défi n’est pas aussi facile à réaliser, toutefois, les opportunités offertes pour développer cet esprit d’efficacité dans l’amélioration et la recherche de la compétence à travers toutes les ressources en place, humaines et matérielles, doivent être exploitées à bon escient.

La 51ème Foire internationale d’Alger (FIA), qui se tiendra du 8 au 13 mai 2018 au niveau du Palais des expositions, est considérée depuis sa création en 1964 comme l’évènement économique phare de l’année, elle est un des moments forts où s’échangent les expériences, où se lient les relations d’affaires et où s’initient de multiples idées de projets de partenariat industriel et commercial.

La FIA jouera encore une fois son rôle stratégique de vitrine de l’économie nationale en ce sens qu’elle présentera aux partenaires étrangers les possibilités économiques algériennes réelles et nouvelles, d’une part, et d’autre part, au marché algérien de bénéficier des multiples opportunités offertes par la présence d’une offre mondiale réunie dans la même enceinte du grand Palais des expositions des Pins maritimes, à Alger.

L’évènement est placé sous le thème «Le commerce au service de la production nationale», avec comme invité d’honneur, la Chine, un choix qui n’est pas fortuit, étant donné que ce pays continue d'occuper la place de premier fournisseur commercial de l'Algérie, et ce, pour la sixième année consécutive.

Les organisateurs de la FIA tablent sur un record de participation par rapport à l’édition écoulée qui avait enregistré un total de 411 exposants nationaux, dont 79 entreprises du secteur public, et 387 entreprises étrangères en provenance de 36 pays (dont 32 sous pavillon officiel). Cette importante présence internationale démontre l’intérêt pour le marché algérien et la volonté de développer des investissements avec la partie algérienne dans de nombreux secteurs économiques.

Ce rendez-vous annuel ne manquera pas de drainer un grand nombre d’opérateurs de tout bord, nationaux et étrangers, malgré une conjoncture peu favorable au regard de la situation économique et financière quelque peu très affectée par les effets néfastes de la «dégringolade» du prix du baril. C’est dans un contexte plus ou moins défavorable que les producteurs nationaux vont se frotter aux mastodontes de l’industrie provenant des pays les plus industrialisés du monde et dont la réputation n’est plus à démontrer.

Cependant, nos grandes entreprises, PME et PMI, auront la possibilité de mettre en valeur leur savoir-faire dans des domaines où elles excellent, notamment l’électroménager, les matériaux de construction (ciment et marbre) et bien d’autres produits chimiques, à l’exemple des engrais, pour ne citer que ceux-là. Ce grand carrefour d’affaires est aussi une occasion offerte à nos opérateurs économiques pour faire valoir leurs produits et se positionner par rapport aux autres produits exposés, lesquels sont issus de technologies innovantes et d’une grande qualité. Sur un autre chapitre, la stratégie marketing des entreprises a aussi un grand rôle à jouer dans ce genre de manifestation, car force est de constater que la pénétration des marchés extérieurs devient de plus complexe en particulier dans l’espace européen, compte tenu des exigences en matière de certification.

A ce niveau, il faut reconnaître que beaucoup reste à faire. Dans ce domaine, nos hommes d’affaires ont encore beaucoup de choses à apprendre de leurs homologues étrangers, lesquels possèdent une certaine longueur d’avance, et c’est grâce à ce genre de rencontres qu’on peut nouer des relations et convenir d’un échange d’expériences. Aussi, les experts industriels sont unanimes à dire que le produit national est appelé à répondre à des impératifs de compétitivité en matière de rapport qualité/prix et de fiabilité, et pour ce faire, il est nécessaire de moderniser le processus de production et former les compétences. Du reste, il faut s’appuyer sur un managérat efficace et une grande visibilité. Sans la mise en oeuvre de cette série de recommandations, l’industrie algérienne demeurera toujours au point mort.

Partager cet article

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

redac@actuel-dz.com
l.actuel@gmail.com

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.