Fret aérien : La concurrence décolle

Problématique. Le grand embarras pour les pouvoirs publics, c’est cette facture relative au taux de fret, ainsi sur les 12 milliards de dollars que l’Algérie débourse en terme de service, une enveloppe de 6 milliards est consacrée à la partie transport. C’est énorme ! En définitif, c’est le consommateur en bout de chaîne qui paie les frais de cette situation très équivoque.

Pourquoi l’Algérie fait face à une problématique relative au taux de fret ?

C’est la question qui fait toujours débat entre experts et professionnels. Actuellement, la problématique est que le taux de fret revient très cher aux opérateurs algériens en comparaison avec la Tunisie ou le Maroc.

La raison réside dans le fait que nous sommes en présence d’un important déséquilibre dans la balance de l’import/export, autrement dit quand une cargaison est déchargée au niveau des aéroports, le même avion reprend vide à la charge de l’importateur algérien. C’est d’ailleurs l’une des contraintes majeures sur lesquelles les responsables sont appelés à intervenir en engageant une réflexion à même d’entamer la révision des textes réglementaires en vigueur afin de les adapter au contexte économique actuel.

La première compagnie privée du fret pointe le bout de son nez

Afin d’améliorer davantage les prestations et répondre aux multiples besoins des exportateurs, un nouveau processus d’ouverture des services de transport de fret au privé a été lancé par l’État. D’ailleurs, la compagnie aérienne française Aigle Azur a obtenu dernièrement, l’accréditation (ACC3) nécessaire pour le fret des marchandises depuis l’aéroport d’Alger vers le reste des destinations qu’elle dessert dans le monde. L’annonce a été faite par le directeur d’Aigle Azur Algérie, Yacine Benslimane, qui a révélé l’information lors de la rencontre du Club Export, organisé à Alger par le Word Trade Center.

Par conséquent, par cette action les cargos transporteurs de la plus algérienne des compagnies françaises vont désormais ouvrir leurs soutes aux opérateurs économiques algériens pour leur donner la possibilité d’exporter leurs marchandises vers les destinations qui sont desservies par Aigle Azur. C’est la première occasion qui va sûrement permettre au potentiel algérien d’exportation d’exploiter ses moyens aériens supplémentaires de transport, notamment avec l’enrichissement des destinations offertes, à savoir les cinq grandes villes françaises et d’autres capitales à l’instar de Moscou, Berlin et Milan, Porto.

Par ailleurs, la compagnie opère également en Afrique où elle assure des vols vers Dakar et Bamako. De ce fait, «les exportateurs Algériens peuvent utiliser ces frets afin d’expédier leurs marchandises» a indiqué le premier manager d’Aigle Azur en Algérie.

En effet, la compagnie réserve une partie de sa soute sur des vols de passagers pour le fret, et «avec l’arrivée des nouveau A330, nos capacités de transport vont augmenter» a encore précisé M. Benslimane. Ce tout nouveau service de fret aérien intervient pour satisfaire une demande de plus en plus importante des opérateurs nationaux qui ont toujours souffert de l’insuffisance des moyens en terme de logistique afin d’exporter vers des différentes destinations dans le monde.

Partager cet article

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

redac@actuel-dz.com
l.actuel@gmail.com

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.