2 octobre : Le bureau de Bouhadja cadenassé - Blocage à l'APN

L’Assemblée populaire nationale cadenassée. Une première dans les annales de cette institution. Retour sur des faits inédits vécus par la Chambre basse du Parlement algérien durant près d’un mois jusqu’à l’élection d’un nouveau président de l’APN le 23 octobre 2018.

La crise qui couvait au sein de l’hémicycle depuis la fin septembre a fini par éclater au grand un jour le 2 octobre 2018 lorsque des membres du bureau de l’APN ont décidé de geler toutes les activités de l’institution. Les chefs des groupes parlementaires et les présidents des commissions ainsi que les vice-présidents qui se sont réunis auparavant afin d’étudier la situation de blocage que connaissait l’APN avaient réitéré leur appel à la démission immédiate du président contesté, c’est ce qu’avait précisé un communiqué publié à l’issue de ce conclave.

Mardi 8 octobre, le président déchu, Saïd Bouhadja, décide de geler des activités prévues dans le cadre de la diplomatie parlementaire, suite à la motion de retrait de confiance présentée par cinq groupes parlementaires de l’Assemblée, à savoir le Front de libération nationale (FLN), le Rassemblement national démocratique (RND), le Mouvement populaire algérien (MPA), Tajamoue Amel El Djazair (TAJ) et les Indépendants.

Les représentants de ces cinq formations politiques à l’APN avaient remis, entre temps, une motion à Saïd Bouhadja lui demandant de démissionner de son poste, comprenant, également, le retrait de confiance à ce dernier ainsi que le gel de toutes les activités des structures de l’APN jusqu’à satisfaction de leurs revendications. En substance, les rédacteurs de la motion ont fait état de dépassements et de violations enregistrés au sein de l’institution législative, à savoir « la marginalisation flagrante, le report délibéré de l’adoption du règlement intérieur de l’APN, la marginalisation des membres de la Commission des affaires juridiques, la mauvaise gestion des affaires de l’APN, les dépenses exagérées et non judicieuses et recrutements aléatoires et douteux ».

Mais rien n’y fait, le Sieur Bouhadja s’est accroché à son fauteuil en dépit de tous les appels, même celui du Premier ministre qui avait commenté cette crise en ces termes : « Saïd Bouhadja est un Moudjahid et ancien Mouhafedh. Je souhaite qu’il préserve son image positive et je l’invite à faire prévaloir la raison, le bon sens et l’intérêt général.» Résultat des courses, les députés frondeurs sont passés à l’acte employant des moyens pour le moins très originaux, en cadenassant, le 15 octobre, la porte d’entrée de l’APN qui mène au bureau du président.

Le 17 du même mois, c’est le bureau de l’APN qui déclare, lors d'une réunion extraordinaire, « la vacance du poste de président de l'Assemblée ». Cette procédure ne pouvait qu’arranger les objectifs des opposants de Bouhadja, puisque le règlement intérieur stipule qu’en cas de vacance de la présidence de l’APN, il est procédé à l’élection du président de l’APN suivant les mêmes modalités prévues par le règlement intérieur, dans un délai maximum de 15 jours à compter de la déclaration de la vacance. Ainsi, le 23 octobre 2018, Mouad Bouchareb devient officiellement le neuvième président de l’APN, en remplacement de Saïd Bouhadja.

Le député FLN de la wilaya de Sétif a été élu à la majorité, lors d’une séance plénière consacrée au vote sur le rapport de la commission des affaires juridiques relatif à la vacance du poste du président de l’Assemblée. Pour rappel, neuf personnalités se sont succédé à la tête de l’APN depuis 1977 : Rabah Bitat, Abdelaziz Belkhadem, Abdelkader Bensalah (président du Conseil national de transition) de mai 1994 à mai 1997 puis président de l’APN de mai 1997 à juin 2002, Karim Younès, Amar Saâdani, Abdelaziz Ziari, Mohamed Larbi Ould Khelifa et Saïd Bouhadja. Ferhat Abbès a été président de l’Assemblée constituante de septembre 1962 au mois d’août 1963. Hadj Benala a été président de l’Assemblée nationale d’août 1963 à juin 1965 et Réda Malek a assuré la présidence du Conseil consultatif de 1992 à 1994.

Partager cet article

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

[email protected]
[email protected]

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.