La bombe environnementale

Le volume des déchets tous genres confondus produit en Algérie était de 22,94 millions de tonnes en 2017, il est passé à 34 millions de tonnes en 2018 et devrait atteindre les 70 millions de tonnes en 2035. Ces déchets vont devenir l’un des grands enjeux de l’Algérie dans le moyen terme et ce, dans le sillage de la poursuite du développement socio-économique du pays et de sa démographie galopante, sachant que sa population devra atteindre les 51 millions d’habitants à l’horizon 2035. C’est pourquoi, la complexité de la gestion des déchets est l’un des grands enjeux de l’Algérie de demain. Aussi, demain c’est aujourd’hui !

Cependant, cessons de nous renvoyer la balle et de nous blâmer les uns les autres en faisant le procès de telle ou telle partie qui serait responsable du désastre écologique dans lequel nous sommes prisonniers. Du coup, chassons ensemble cette sinistrose qui hante nos esprits et allons de l’avant dans nos élans et nos actions.

La solution n’est pas la mer à boire, elle se trouve tout simplement dans le changement de notre culture et de nos mentalités par rapport à la chose environnementale. Pour ce faire, et bien faire, il faudrait mettre en place de véritables réseaux d’action, comme de réflexion et d’étude entre l’université, les associations, les institutions gouvernementales ainsi qu’internationales. Bref, entre toutes les cellules impliquées dans cette protection et préservation. Informer, sensibiliser, éduquer le grand public sur l’intérêt à la fois écologique et économique des espaces et des écosystèmes. Si besoin, il faudra pénaliser plus sévèrement les incivismes contre les écosystèmes et la vie en général. En outre, il est nécessaire d’impliquer davantage les citoyens dans la gestion et la protection de leur environnement par des mesures sociales voire un soutien financier dans le cas où les actions présentent un intérêt national quand on est dans une logique de préservation, de protection et de conservation écologiques.

Afin de maîtriser les déchets et les exploiter à bon escient, le recours à la science et à la technologie devient une option hautement stratégique et incontournable. Tout le monde l’a bien compris. L’Algérie dispose actuellement de six centres de recherche spécialisés dans le secteur de la protection de l’environnement, chacun spécialisé dans une discipline bien déterminée. En plus de 10 unités de recherche réparties à travers le territoire national et 20 plates-formes technologiques, des centres de ce genre sont en voie de création. Ces futures institutions auront pour activité principale la résolution de la problématique liée à la protection de l’environnement, la valorisation des ressources naturelles et la modélisation et l’évaluation du changement climatique. Enfin, nous aurons de quoi nous réjouir si après la parole, suivront des actions… Là est toute la question.

Partager cet article

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

[email protected]
[email protected]

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.