Lutter contre le gaspillage : Une responsabilité partagée

Halte. Il faut garder à l'esprit que les déchets ne doivent pas être perçus uniquement sous l’angle du gaspillage, mais au contraire, ils doivent représenter une matière première pour de nombreuses activités industrielles et constituent, de ce fait, un gisement et une richesse à exploiter

Selon l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le tiers de la production alimentaire mondiale, d’une valeur d’un trillion de dollars, est actuellement gaspillé au moment où 821 millions de personnes souffrent de famine. L’approche circulaire mise en avant veut préserver les ressources naturelles et optimiser leur utilisation avec pour fondements la réduction du gaspillage et la réutilisation des matières premières et des produits dérivés.

Pour ce faire, un rapport intitulé « Cities and Circular Economy for Food », présenté par la fondation Ellen Mac Arthur, en marge du Forum économique mondial 2019 à Davos, a mis en évidence les avantages de la transition vers un système alimentaire régénérateur.

Avec le soutien analytique de Systemiq, la recherche définit une vision reposant sur les principes de l'économie circulaire, selon lesquels la production alimentaire doit améliorer plutôt que de dégrader l'environnement et où les gens ont accès à des aliments sains et nutritifs. Etant donné que 80% de tous les aliments seront consommés dans les villes d'ici 2050, l’expertise souligne leur importance cruciale pour déclencher le passage à un système de régénération adapté à long terme. Trois ambitions principales se dégagent : les aliments sources cultivés de manière régénérative et localement, le cas échéant, tirer le meilleur parti des aliments (utiliser plus efficacement les sous-produits, éviter le gaspillage) et, enfin, concevoir et commercialiser des aliments plus sains.

Ces ambitions auront certainement un impact plus important si elles sont poursuivies simultanément, et d'ici 2050, elles pourraient générer des avantages globaux d'une valeur de 2.700 milliards USD par an. Celles-ci prennent la forme d'améliorations environnementales, notamment une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 4,3 milliards de tonnes d'équivalent CO2, une réduction des coûts de la santé liés à l'utilisation de pesticides de 550 milliards USD, ainsi que d'autres avantages pour la santé et une opportunité économique pour les villes de réduire leur consommation alimentaire.

Pour arriver à ces desseins, cela demande nécessairement une démarche basée essentiellement sur un niveau de collaboration sans précédent sur l'ensemble de la chaîne de valeur et la connexion de projets de démonstration de villes phares au potentiel d'évolution des entreprises et des plateformes de collaboration mondiales. Aussi, le rapport en question va montrer aux décideurs la voie à suivre pour établir une nouvelle approche indispensable de notre système alimentaire.

Carton, plastique et pain, les déchets les plus encombrants en Algérie

La wilaya d’Alger est un exemple qui illustre d’une manière édifiante ce nouveau phénomène de société qui, d’ailleurs, n’est pas une simple anicroche mais plutôt un vrai casse-tête relatif à la production et au gaspillage de deux déchets ménagers qui ne sont autres que le plastique en tant que matière et le pain qui demeure un produit alimentaire très prisé par l’Algérien. Et pour cause, le bilan représentant le volume de déchets tous genres confondus collectés pendant l’année 2016 par les deux entreprises spécialisées dans ce domaine, à savoir Netcom et Extranet, est de plus d'un million de tonnes de déchets ménagers et la récupération de 60 tonnes de pain rassis.

Concernant Extranet, celle-ci a fait état de la collecte de plus de 560.000 tonnes de déchets ménagers pour une population de plus de 2.200.000 habitants. Quant à Netcom, le bilan a révélé la collecte de plus de 450.000 tonnes de déchets domestiques, toujours pour l’année 2016. S’agissant des statistiques relatives au tri sélectif, recyclage et récupération, il a été procédé à la collecte de plus de 1.585 tonnes de carton, plus de 70 tonnes de plastique et plus de 24 tonnes de pneus. Pour ce qui est des opérations de tri sélectif, l'entreprise Netcom a affecté 73 centres de tri pour les déchets ménagers ainsi que des containers spécialement conçus pour la collecte des pain et plastique et pour l'isolation du carton dans différents points de la capitale. A ce propos, le rapport indique que le tri sélectif a abouti à la récupération de 600 tonnes de produits tels que le carton, 25 tonnes de plastique ainsi que 20 tonnes de pain, et ce n’est pas rien. Cependant, il faut garder à l'esprit que les déchets ne doivent pas être perçus uniquement sous l’angle du gaspillage, mais au contraire, ils doivent représenter une matière première pour de nombreuses activités industrielles et constituent, de ce fait, un gisement et une richesse à exploiter. En outre, ils peuvent être un moteur de développement et de création de postes de travail, contribuant ainsi à la réduction du taux de chômage.

Partager cet article

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

redac@actuel-dz.com
l.actuel@gmail.com

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.