Architecture - plan d'urbanisme : Une timide apparition à l’horizon

Conformité. Si la problématique de la construction et de l’architecture commence à se débloquer et s’améliorer, la mise à jour au niveau des normes et techniques de construction reste à faire pour que la tendance suit ce qui se fait ailleurs.

D’après l’annonce faite par le ministère de l’Habitat, les délais pour se conformer à la loi 08-15, qui fixe les règles de mise en conformité des constructions et leur achèvement, ont été repoussées au mois d’août 2019, afin de permettre à un maximum de propriétaires de constructions individuelles à usage d’habitation ou professionnel de déposer leurs dossiers et régulariser leur situation.

Le ministre de tutelle a été affirmatif à ce sujet en ordonnant aux services en relation avec le dossier d’achever le travail avant la fin de l’année en cours : « Il faut finir avec les dossiers de mise en conformité de la loi 15-08 avant la fin de l’année. Il est impensable de rester dans cette situation », a-t-il précisé lors de sa visite dans la wilaya de Tébessa, en septembre dernier. Il faut dire, à ce titre, que le problème de ces bâtisses non conformes, qui persiste depuis près de deux décennies, a engendré plusieurs désagréments, dont la dégradation de l’état des chaussées, l’anarchie de la circulation dans certains quartiers qui ont profité de l’absence des services de l’Etat pour ériger des commerces parfois illicites et travaillant dans l’informel… Ce qui est sûr, dans ce cas, c’est que la loi 08-15 vient mettre fin à un désordre urbanistique qui aura caractérisé l’Algérie. Le rouge et le cube sont devenus la norme nationale en termes d’architecture et de plans urbains, plans qui sont en fait inexistants.

Les normes d’urbanisation ont commencé à voir le jour sous un meilleur angle à partir des années de largesse financière qui ont vu entrer en lice de grandes entreprises étrangères de construction, notamment les entreprises chinoises qui ont brillé par leurs rapidité et qualité d’exécution qui battent tous les records, par rapport à nos constructeurs qui maintiennent leurs vieilles techniques. A partir de ce moment, ce ne sont pas seulement les maîtres d’ouvrages publics qui sollicitent ces prestataires, mais aussi les clients particuliers, même si les prix de réalisation sont plus élevés, mais le résultat final compte plus que tout. En effet, les constructions sortent du lot par rapport à ce qui se fait habituellement chez nous par nos propres entrepreneurs, soit des chefs-d’oeuvre architecturaux qui sortent de l’ordinaire.

Il semble que c’est grâce à ce déclic que les choses commencent à s’améliorer du point de vue de l’architecture et de l’urbanisme au niveau des constructions des particuliers, ainsi qu’au niveau des nouvelles issues des programmes publics. Bien que la tendance soit en train de changer, mais le volume de changement reste timide, en comparaison avec les normes autorisées pour la construction. Il ne s’agit pas ici des programmes publics qui dépendent en totalité des normes prescrites par le ministère de l’Habitat, et qui n’admettent aucun changement au niveau des normes de construction, mais des constructions des particuliers. En effet, les normes actuelles autorisées, et par le biais desquelles les autorisations et permis de construire sont délivrés, n’admettent aucun changement notable au niveau des techniques de construction.

Il existe bien des techniques innovantes qui permettent de simplifier les travaux de construction, de produire des constructions solides, de construire moins cher et surtout d’innover en termes d’architecture par rapport à ce qui se fait habituellement par le biais des constructions en béton et en briques. Si la problématique de la construction et de l’architecture commence à se débloquer et s’améliorer, la mise à jour au niveau des normes et techniques de construction reste à faire pour que la tendance suit ce qui se fait ailleurs.

L’on voit bien en Europe, et depuis quelques années déjà, la propagation de la construction avec des containers, qui est non seulement innovante, mais qui offre de grands avantages par rapport à la construction en béton. La mise en place, l’aménagement, l’adhésion des blocs les un à côté des autres, ou au-dessus des autres ne pose pas du tout de problème de temps ou de coûts par rapport aux techniques traditionnelles. En Algérie, il y a bien des innovations et des inventions dans ce domaine, mais elles restent prisonnières de normes qui commencent difficilement à évoluer. Mais malgré cela, force est de constater que ces normes de construction et d’architecture font bien leur petit bonhomme de chemin au regard des édifices qui témoignent d’une certaine innovation.

S’inspirer des façons de faire d’ailleurs est simple à adopter comme démarche, mais le faire au niveau des instances qui autorisent l’utilisation de techniques et de matériaux hors la nomenclature actuelle est une autre paire de manches.

Partager cet article

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

[email protected]
[email protected]

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.