Imprimer cette page

Secteur de l’immobilier : Fer de la lance de la croissance économique

Evolution. Le secteur du bâtiment est l'un des plus importants secteurs sur lesquels se base notre pays pour son développement. L’immobilier est inséparable de l’économie car il représente le secteur clé de la croissance économique d’un pays. La majorité des activités et investissements financiers, par exemple, se penche vers le secteur immobilier. Ainsi, le rapport entre l’économie et l’immobilier pour l’Algérie n’a jamais été aussi proche et aussi indépendant.

Nul ne peut nier également que l’immobilier a pris une place importante dans le marché public et l’urbanisation, devenat, ainsi, un élément central dans l’économie d’un pays. Le secteur peut déclencher une crise économique mais il peut aussi être une solution pour la croissance économique. Pour cela, donc, il doit être bien maîtrisé et bien établi pour privilégier l’économie à s’accroître progressivement et à long terme.

Par ailleurs, la variation des prix des logements définit souvent la croissance économique car l’appréciation des prix de l’immobilier peut augmenter le pouvoir d’achat et elle est susceptible aussi de favoriser la croissance économique. Depuis des années, les banques soutiennent et financent des projets immobiliers qu’ils soient solvables ou non car les valeurs immobilières normalement sont toujours en croissance. L’achat d’un patrimoine immobilier est toujours un placement sûr, rentable et garanti. C’est pour cela que des institutions financières comme les banques, les entreprises et même le gouvernement achètent sans hésiter des biens immobiliers. Depuis quelques années, l'Algérie s'est engagée à ouvrir d'innombrables chantiers dans ce secteur qui compte, en effet, un nombre impressionnant d'entreprises spécialisées. Et selon les professionnels, la PME du secteur du bâtiment, qui constitue 60% du tissu PME, doit être la priorité des priorités, car elle incarne la santé d'un pays. Selon l’ONS et la Banque d’Algérie, le BTP est le second employeur du pays avec plus de 1,78 million de travailleurs, soit 16,8% de la population active. Aussi, la valeur ajoutée du secteur du BTP, estimée à 2.069,3 milliards de dinars, représente une valeur de 15,9% de la valeur ajoutée de la sphère réelle.

Aussi, le secteur du BTPH contribue à hauteur de plus de 17% dans la croissance du PIB. Par ailleurs, le secteur de l’immobilier, contrairement aux prévisions pessimistes des experts, a connu une évolution stable malgré la crise économique et le ralentissement du PIB. Le secteur du BTPH a connu une croissance de 3,1% en 2018, un taux qui reste inférieur à celui du 1er trimestre de la même année où il était estimé à 4,8%. Malgré cette légère baisse, il reste nettement supérieur à celui enregistré durant l’année 2017, durant laquelle il n’avait pas dépassé les 1,9%.

Le logement, bien entendu, est également une composante importante de l’investissement. En outre, dans beaucoup de pays, l’immobilier constitue la principale composante du patrimoine. Par exemple, aux Etats-Unis, l’immobilier représente approximativement un tiers du total des actifs détenus par le secteur privé non financier. La majorité des ménages tendent à accumuler des richesses sous la forme de biens immobiliers — leur logement — plutôt que sous la forme d’actifs financiers. En France, par exemple, moins d’un quart des ménages détient des actions mais près de 60% sont propriétaires de leur logement.

L’immobilier joue également d’autres rôles notables. Par exemple, les marchés de crédit hypothécaire sont d’importants circuits de transmission de la politique monétaire. Un parc immobilier suffisant peut également faciliter la mobilité de la main-d’oeuvre et aider l’économie à surmonter les chocs négatifs. Bref, un secteur immobilier qui fonctionne correctement est essentiel à la santé globale de l’économie, et à mesure que les économies se développent, il est logique de s’attendre à ce que les marchés immobiliers gagnent en profondeur et en croissance.

Partager cet article