Zapping

A en croire le tout récent rapport de l’Office national des statistiques, le taux de chômage global en Algérie a enregistré un tangible recul, atteignant 11,1% en avril 2018 contre 11,7% en septembre 2017. D’une manière générale, c’est une très bonne nouvelle, particulièrement pour la frange des jeunes algériens, puisqu’il a été marqué par une décroissance de 1,9 point en 2018.

Selon les chiffres avancés par l’ONS, la tranche d’âge allant de 16 à 24 ans a atteint 26,4%, tandis que le taux était établi à 28,3% en septembre de l’année écoulée. Il ressort encore de cette étude, qui s’est basée sur la répartition des chômeurs en fonction du diplôme obtenu, que près de 680.000 chômeurs sont sans aucun diplôme, ce qui est équivalent à la moitié de la population globale du pays. L’ONS relève, par ailleurs, que sur l’ensemble de la population en chômage, les diplômés de la formation professionnelle forment un taux de 25,7%, alors que les diplômés de l’enseignement supérieur constituent, eux, 24,9%.

On note encore que six chômeurs sur 10 «sont des chômeurs de longue durée». Ainsi, 59,2% recherchent un emploi depuis plus d’une année, si ce n’est plus. Selon la même étude, l’ONS a indiqué qu’en ce qui concerne le taux de chômage global du pays, là aussi un recul a été constaté. Celui-ci a atteint 11,1% en avril 2018 contre 11,7% en septembre 2017, ce qui fait une baisse de 0,6 point. Pour le nombre de la population en chômage, elle est évaluée à 1,378 million de personnes contre 1,440 million de personnes en septembre 2017 et 1,508 million de personnes en avril 2017, assurent les mêmes sources.

S’agissant du taux de chômage selon les genres, l’ONS a fait savoir que chez les hommes, celui-ci est estimé à 9%, tandis qu’il a atteint 19,5% chez la gent féminine. L’Office signale, en outre, que des différences et pas des moindres «sont observées selon l’âge, le niveau d’instruction et le diplôme obtenu». L’ONS fera remarquer, d’un autre côté, que le nombre de la population active est de 12,426 millions de personnes (contre 12,298 millions de personnes en septembre 2017). Il rappelle que la population active désigne l’ensemble des personnes en âge de travailler et disponibles sur le marché du travail, qu’elles aient un emploi ou qu’elles soient en chômage.

«Les événements actuels sont en phase avec le changement climatique tel qu’on s’y attend, analyse Weine Josefsson, climatologue au SMHI, l’agence météo suédoise. Nous n’avons jamais connu de période de sécheresse aussi longue depuis le début de nos mesures dans les années 1860.»

Le niveau des lacs baisse au point que des navires sont en difficulté pour décharger leur cargaison dans certains ports, sur les grands lacs intérieurs, comme le Vänern. «Les oisillons brûlent dans leurs nids.» La chaleur qui sévit en Europe du Nord depuis le début du mois de mai a poussé les professionnels suédois du tourisme à baisser les prix sur leurs destinations méditerranéennes, tandis que les journaux parlent de «nuits tropicales». Il est interdit de faire du feu dans la nature dans tout le pays, tout comme d’arroser sa pelouse. Des paysans ont commencé à abattre du bétail pour faire face au manque de foin – de la viande en partie brûlée et transformée en biocarburant, car tout ne peut être consommé.

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Noureddine Bedoui, et le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, ont procédé dernièrement à l’inauguration d’un nouveau service dans la procédure de délivrance des actes d’état civil au profit de la diaspora algérienne. A cette occasion, le ministre des Affaires étrangères a fait savoir que près de 90% de ressortissants algériens résidents à l’étranger ont obtenu un passeport biométrique. De plus, il a affirmé que désormais il y a une possibilité de se faire délivrer à distance (en ligne) le certificat de nationalité et le certificat judiciaire, en collaboration avec le ministère de la Justice. La procédure, qui est désormais opérationnelle, permet aux personnes nées à l’étranger d’obtenir les documents d’état civil à partir du consulat ou de l’ambassade les plus proches, sans se rendre au ministère des Affaires étrangères de la capitale. De plus, le demandeur algérien établi à l’étranger pourra procéder au retrait à distance du permis de conduire dans le but de le rendre valable au niveau du pays de résidence.

De son côté, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Noureddine Bedoui, a déclaré que les hautes autorités du pays sont toujours attentives à la qualité du service, et ce, par le truchement des TIC. Il a relevé, aussi, que son département travaille en coordination avec le ministère des Affaires étrangères afin de renforcer les services administratifs de la communauté des expatriés. Actuellement, le retrait du document d’état civil des citoyens nés à l’étranger ne dépasse pas trois jours. Du reste, lors de l’ouverture de la plate-forme numérique pour les documents d’état civil des Algériens établis à l’étranger, le ministre a souligné que le dossier d’état civil électronique permettra à ces derniers d’utiliser le numéro d’identification national qui constituera la nouvelle identité pour le citoyen, ce qui facilitera l’identification des citoyens au niveau de toutes les administrations publiques.

Des populations particulièrement vulnérables continuent à rester hors d’atteinte du système de santé, et l’élan mondial, qui a permis de mobiliser des ressources sans précédent et de sauver des millions de vies, décline. Le modèle uniquement concentré sur le VIH/Sida, qui prévalait depuis le début de la pandémie et qui a abouti à créer des programmes et des structures spécifiques, n’y répond plus comme il le faudrait. Il doit laisser place à une approche où la lutte contre le virus de l’immunodéficience humaine serait intégrée dans des programmes de santé plus larges visant également les maladies qui lui sont liées. C’est la conclusion à laquelle sont arrivés 47 experts impliqués dans la riposte à cette pandémie qui a déjà tué plus de 35 millions de personnes. Après deux ans de travail dans le cadre d’une commission réunie à l’initiative de l’International AIDS Society (IAS), organisatrice des conférences internationales sur le VIH/Sida, et l’hebdomadaire médical The Lancet, ils invitent à ce changement de paradigme.

Le fruit de leurs travaux paraît dans un numéro spécial de la revue publiée vendredi 20 juillet. Parmi les signataires du document figurent l’actuelle présidente de l’IAS, Linda-Gail Bekker, et son prédécesseur, Chris Beyrer, mais aussi l’ancien directeur exécutif d’Onusida, Peter Piot, et deux ex-directeurs exécutifs du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, Michel Kazatchkine et Mark Dybul, ou encore l’ancien président d’Aides, Bruno Spire.

Après sa défaite devant le trio USA-Mexique- Canada pour l’organisation de la Coupe du monde 2026, le Maroc a échoué pour la 5e fois dans son aventure. Loin de baisser les bras, le royaume chérifien a annoncé qu'il serait à nouveau candidat pour l'édition suivante, en 2030. Et pour parvenir à ses fins, le pays des Lions de l'Atlas souhaite cette fois s'inspirer de son rival américain. D’après France Football, le Maroc envisage une candidature commune avec l'Algérie et la Tunisie.

La chancelière allemande et le président de la République français veulent un budget de la zone euro d'ici à 2021 et plus de solidarité sur les questions migratoires. Au-delà des principes actés, de nombreuses questions techniques restent en suspens.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont affiché le 19 juin dernier leur unité, s'accordant un soutien réciproque sur l'euro et la gestion des migrants, alors que leur projet de relance de l'Union européenne (UE) se trouve menacé par une crise politique en Allemagne.

«C'est une bonne journée pour l'amitié franco-allemande», a déclaré la chancelière après une séance de travail de quatre heures avec le président de la République au château de Meseberg, près de Berlin.

Les déplacements massifs de populations au-delà des frontières sont également moins fréquents que les 68 millions de déracinés à travers le monde ne le laissent supposer. Près des deux tiers des personnes contraintes de fuir sont des déplacés internes qui n’ont pas quitté leur propre pays. Sur les 25,4 millions de réfugiés, un peu plus d’un cinquième sont des Palestiniens relevant de la compétence de l’UNRWA.

Les autres, qui relèvent de la compétence du HCR, proviennent, pour les deux tiers d’entre eux, de cinq pays seulement : la Syrie, l’Afghanistan, le Soudan du Sud, le Myanmar et la Somalie.

Les Etats-Unis se sont retirés ce mardi 19 juin du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU en accusant l'institution basée à Genève d'«hypocrisie» et de parti pris contre Israël, une décision aussitôt dénoncée par des organisations de défense des droits humains.

«Nous prenons cette mesure parce que notre engagement ne nous permet pas de continuer à faire partie d'une organisation hypocrite et servant ses propres intérêts, qui fait des droits de l'Homme un sujet de moquerie», a lancé devant la presse à Washington l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, aux côtés du Secrétaire d'Etat Mike Pompeo. «Pendant trop longtemps, le Conseil des droits de l'Homme a protégé les auteurs de violations des droits de l'Homme et a été un cloaque de partis pris politiques», a-t-elle ajouté.

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

redac@actuel-dz.com
l.actuel@gmail.com

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.