zapping

Un chiffre que le monde entier peut envier à ce pays, un joli score qui en fait de lui le champion du recyclage. Les déchets suédois sont une mine d’or. Près de 4,4 millions de tonnes de déchets par an, dont seulement 1% ne sont pas recyclés. Et le pays ne compte pas s’arrêter là. L’objectif d’ici trois ans est de faire grimper le score à 100% et d’éliminer totalement les décharges à ciel ouvert.

Ce statut de numéro un mondial du recyclage est le fruit d’un travail entrepris il y a longtemps. Aujourd’hui, cet esprit « écolo » est bien ancré dans les moeurs suédoises. Les citoyens trient leurs déchets méticuleusement, encouragés par le gouvernement : distribution de sacs poubelles gratuits spécial tri sélectif, containers nombreux à chaque coin de rue, déchets non recyclables transformés en énergie… Et la Suède ne s'arrête pas là, elle a fait du recyclage un véritable business, puisqu’elle traite également les déchets des pays voisins.

En 2016, plus d’un million de tonnes importées des pays environnants ont été recyclées en Suède.

Désormais, les jeunes entrepreneurs ou porteurs de projets désirant créer leur propre entreprise ont la possibilité de s’inscrire au registre de commerce sans pour autant disposer d’un siège social, autrement dit d’un local à usage commercial. L’annonce a été faite par le ministre du Commerce lors d’une récente intervention à la faveur du déroulement de la Journée d’information intitulée « Génie algérien ». En outre, le ministre a souligné qu’il s’agit-là de la mise en place de nouvelles facilitations du gouvernement en direction des jeunes initiateurs d’idées dans le domaine technologique, notamment de start-ups dans le cadre de leur installation dans le marché du travail.

Au début de son allocution, le ministre est revenu sur le message adressé par le président de la République aux jeunes lors de la conférence nationale gouvernement-walis qui a été organisée au mois de novembre 2018, où il a mis en avant les efforts du gouvernement pour la libéralisation des énergies à tous les niveaux, dans un cadre participatif et incitatif à l’entrepreneuriat.

Le volume des déchets ménagers en Algérie représente une valeur commerciale de près de 40 milliards DA/an, mais la cadence de leur recyclage demeure, toutefois, très faible en comparaison avec son volume qui atteint les 34 millions/tonnes par an. L’exploitation de ce stock (de déchets) est capable de créer plus de 100.000 postes d’emploi directs et indirects.

L'économie mondiale est défaillante alors que des centaines de millions de personnes vivent dans l’extrême pauvreté. Les plus grandes richesses sont concentrées dans les mains d’une minorité. 3,4 milliards de personnes dans le monde vivent avec seulement 5,50 dollars par jour. Des inégalités qui ne cessent d'augmenter un peu plus chaque année.

En 2018, la richesse des milliardaires a augmenté de 900 milliards de dollars alors que celle de la moitié la plus pauvre de la population mondiale a chuté de 11%. A titre d’exemple, Jeff Bezos, patron d’Amazon, l'homme le plus riche au monde, possédait en 2018 pas moins de 112 milliards de dollars, alors que le budget de la santé de l’Ethiopie représente 1% de sa fortune, selon Oxfam.

C’est la pire catastrophe aérienne de l’histoire de l’aviation algérienne. L’appareil, appartenant à l’Armée algérienne, un Iliouchine Il-76 de fabrication russe, était utilisé régulièrement pour le transport militaire moyen et long courriers. Il devait assurer la liaison aérienne, en cette matinée du mercredi 11 avril 2018, entre la base de Boufarik (sudouest d’Alger) et Tindouf, 1.800 km au sud d’Alger, près des frontières avec le Maroc. Mais, malheureusement, l’avion s’est écrasé à 7h50, peu après son décollage, suite à un incendie qui s’est subitement déclaré à son bord. Des témoins ont déclaré avoir vu des flammes s'échapper de l’aile droite de l’aéronef. Cette catastrophe aérienne a causé la mort d’au moins 257 personnes, selon un bilan du ministère de la Défense nationale (MDN). Il s’agit majoritairement de militaires et de membres de leurs familles, soit 247 passagers ainsi que les 10 membres de l’équipage. Suite à cette catastrophe, le président Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours, outre la prière de l’absent observée le vendredi d’après à travers toutes les mosquées d’Algérie.

M. Bouteflika avait qualifié l’accident de tragédie et les victimes de martyrs du devoir national.

L’affaire de la saisie de 701 kg de cocaïne le 29 mai 2018 au niveau du port d’Oran a défrayé la chronique en matière d’introduction de drogues dures en Algérie. L’information faisant état de la mise en échec de la tentative d’introduction de cette substance prohibée avait provoqué un séisme moral au sein de la population algérienne et même à l’étranger.

« Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et le crime organisé, et suite à des informations, des éléments du groupement territorial des Garde-côtes d’Oran, 2e RM, en coordination avec la Gendarmerie nationale et la Douane algérienne, ont mis en échec une tentative d’introduction, à travers le port d’Oran, d’une énorme quantité de cocaïne estimée à 701 kg, enfouie dans un conteneur à bord d’un bateau de transport de marchandises en provenance de l’Amérique latine », avait indiqué le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. D’après des recoupements d’informations, la saisie a été faite à bord du navire Vega Mercury, battant pavillon libérien.

Ce dernier transportait une marchandise composée de viandes surgelées en provenance du Brésil et a fait escale en Espagne avant d’amarrer à 3 miles du port d’Oran. Toujours selon les mêmes sources, notamment sécuritaires, l’homme qui serait derrière cette opération d’importation de cocaïne est un célèbre personnage très influent sur la place d’Alger. Un certain Ch. Kamel, portant le sobriquet de « Kamel El-bouchi ».

Le mis en cause, qui a été arrêté aussitôt à Alger, gère une société nommée Donya Meat, dont le siège est à Aïn-Naâdja, dans la banlieue d’Alger. Au moment de l’importation de la marchandise, Ch. Kamel était en possession d’une autorisation d’importation de denrées alimentaires établie en bonne et due forme, et qui concerne, entre autres, les viandes, les fruits et légumes, le sucre, le café, le cacao, ainsi que d’autres produits alimentaires toujours en provenance d’Amérique latine. Cette affaire est au demeurant très inquiétante puisqu’il s’agit d’une saisie record, selon les services de sécurité, du moment que cette drogue dure est considérée comme la plus chère (environ 14.000 DA le gramme) et la plus demandée dans les milieux des narcotrafiquants.

Le 12 juin 2018, Donald Trump et Kim Jong-un ont signé, à Singapour, un accord historique qui prévoit des garanties mutuelles entre les deux pays, et surtout la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Un accord de principe qui n'est que le début d'un long processus, mais avec des engagements clairs. Selon le document, le point principal concerne la dénucléarisation de la péninsule coréenne, élément central des discussions qui ont précédé la rencontre entre les deux dirigeants. Kim Jong-un s'y engage à une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». Pourtant, un an après leur rapprochement historique, l'idylle entre Kim et Trump est menacée par le maintien des sanctions américaines, ce qui pousse le président Kim Jong-un à brandir la menace d'user du bâton pour amadouer Donald Trump.

Il l’a laissé entendre à l'occasion de son allocution traditionnelle du Nouvel an pour mieux convaincre le président américain de lâcher du lest sur le front nucléaire. Kim Jong-un a réaffirmé son engagement à ne ni « produire » ni « multiplier » des armes atomiques, mais il a posé ses conditions à tout pas supplémentaire en vue du démantèlement de son arsenal, menaçant de reprendre sa stratégie d'affrontement. « Je suis toujours prêt à m'asseoir avec le président américain à tout moment et à faire des efforts pour produire un résultat qui satisfera la communauté internationale », a-t-il déclaré.

On se souvient tous, surtout les Français, de ce dimanche 15 juillet, au stade Loujniki de Moscou. Les Tricolores se sont montrés impitoyables (4-2) face à des Croates qui méritaient de remporter le Mondial 2018. Les joueurs français ont brandi un trophée historique, vingt ans après les deux coups de tête victorieux de Zinedine Zidane au Stade de France.

1998-2018, le lien est tout trouvé : le capitaine Didier Deschamps devenu le sélectionneur Didier Deschamps. Toute la France s’est enflammée pour ses champions du monde. Tous les noms et visages des joueurs ont été projetés pendant quelques minutes sur l'Arc de Triomphe.

La fête avait battu son plein en France. L'impact sociologique de cet « effet Mondial » relève également du mythe, comme celui de 1998 sur la France « Black Blanc Beur » et les valeurs intégratrices du football.

Un « effet Mondial » a souvent été évoqué, notamment un impact positif sur l'économie de la France (dopage de la croissance, coup de fouet au moral des ménages). Toutes les études rétrospectives ont montré l'absence de « miracle économique » pour la finale de 1998 et attribuent même ce supposé effet économique à « une construction médiatique ».

L'effet pour 2018 est encore nuancé, les plus optimistes calculant « qu'il a dopé de 0,1 point le chiffre de l'Insee pour 2018 (1,7%) ».

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

[email protected]
[email protected]

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.