Ephémérides

Il s'appelle Ryan, il a 8 ans et fait des tests de jouets sur YouTube. En 2018, ce petit bonhomme aux 17 millions d'abonnés a gagné 22 millions de dollars. Le magazine Forbes le classe, ainsi, en tête de liste des YouTubeurs les mieux payés de l'année. Surprenant ? La manière dont Ryan génère de telles sommes est tout aussi originale : il est testeur de jouets. Sa chaîne, créée en 2015, compte plus de mille vidéos et près de 26 milliards de vues au total. Ce sont ses parents, et en particulier sa mère, qui s'occupent de tourner les vidéos et de les télécharger.

Ces sommes comprennent les revenus publicitaires partagés par la plateforme de mise en ligne de vidéos et les revenus pour la production de contenus sponsorisés et autres opérations commerciales, précise Forbes. Dans le cas présent, les contenus sponsorisés représentent le plus important des revenus de Ryan puisque dans la plupart de ses vidéos, il « fait de la pub » aux créateurs de jouets. On remarque d'ailleurs parfois la mention « This is an advertisement for... » au début de ses vidéos (« Ceci est une publicité pour... »).

Classé 8e en 2017, Ryan gagne, donc, sept places et s'impose, en dépit de son jeune âge, comme le YouTubeur le mieux payé en 2018. Il double ainsi sa rémunération. Entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018, l'enfant a généré pas moins de 22 millions de dollars.

Avec ses 55 km de long, ce pont reliant Hong Kong, Macao et la ville de Zhuhai, en Chine continentale, est devenu le plus long pont maritime du monde le 24 octobre dernier. En construction depuis neuf ans, ce géant de béton et d'acier, d'une valeur de 20 milliards de dollars, devait être livré en 2016, mais sa construction a été retardée.

La construction de cet ouvrage, qui comprend aussi un tunnel sous-marin et plusieurs îles artificielles, a duré près de 10 ans. Le pont devrait réduire drastiquement le temps de trajet entre Hong Kong et le continent, le faisant passer de 3 heures à une demi-heure. Il comprend un tunnel sous-marin de 6,7 km de long qui s'étire entre deux îles artificielles, pour ne pas gêner le trafic maritime important du delta de la rivière des Perles.

Le Premier ministre guinéen, Kassory Fofana, à bord d’un vol de la compagnie Royal Air Maroc assis en classe économique a suscité de nombreuses réactions.

Il veut donner ainsi le bon exemple, estiment certains observateurs qui saluent l’acte du chef du gouvernement guinéen. « Il a imposé une restriction budgétaire à son gouvernement. Je pense que lui-même en tant que chef d’équipe, il doit donner le bon exemple », a expliqué un citoyen. Kassory Fofana, qui était en compagnie de Baidy Aribot, était en partance pour Abu Dhabi pour participer à une rencontre internationale. Pour le projet de Loi de finances 2019, Kassory Fofana a imposé une coupe de 20% à plusieurs départements. Les fonds issus de cette coupe budgétaire seront réorientés aux secteurs prioritaires de son gouvernement que sont la santé, l’agriculture ou encore la justice.

Des passants ont filmé dans le quartier de Sham Shui Po avec leur téléphone portable des billets voletant depuis le sommet d’un immeuble jusqu’au sol où les gens tentaient de les attraper. La scène a été retransmise en direct par un homme qui gère une page Facebook sur les cryptomonnaies et dit avoir voulu jouer les Robins des Bois. Wong Ching-kit, âgé de 24 ans et connu en ligne sous le surnom de « Jeune maître de la monnaie », a expliqué sur Facebook avoir ainsi souhaité « aider les pauvres en volant les riches ». « Je me demande si l’un d’entre vous croit que l’argent peut tomber du ciel ? », s’est-il interrogé avant que la caméra se tourne vers le sommet d’un immeuble voisin d’où s’envolaient comme des confettis des flots de billets de 100 dollars de Hong Kong (12,80$ US).

Alors qu’il revenait dans le quartier à bord de sa Lamborghini, il a été arrêté et accusé d’avoir provoqué des troubles dans un lieu public. La police a précisé avoir récupéré des billets pour une valeur de quelque 6.000 HKD (environ 770 $ US). Des fortunes se sont constituées depuis quelques années grâce aux cryptomonnaies, très en vogue, en particulier le bitcoin dont la valeur a, toutefois, plongé, passant de quelque 20.000 $ US fin 2017 à environ 3.200 $ US ces derniers jours.

La Première ministre britannique, Theresa May, a accusé l’ancien chef de gouvernement travailliste, Tony Blair, de chercher à « saper » le Brexit en appelant à un second référendum, Tony Blair l’accusant en retour d’être « irresponsable », dans une rare dispute publique. « Le fait que Tony Blair aille à Bruxelles dans le but de saper nos négociations en plaidant pour un deuxième référendum est une insulte envers le poste qu’il a occupé et le peuple qu’il a servi », fustige Theresa May dans une déclaration transmise aux médias. « Nous ne pouvons pas, comme il le ferait, abdiquer la responsabilité de cette décision », ajoute Theresa May qui a maintes fois rejeté l’option d’un second référendum sur le Brexit, défendu par plusieurs partis d’opposition, une partie du Labour et des personnalités. « Ce qui est irresponsable, c’est d’essayer de convaincre de force les députés d’accepter un accord qu’ils considèrent franchement comme mauvais en menaçant de quitter l’Union européenne sans accord, s’ils ne suivent pas la ligne », a riposté Tony Blair via le compte Twitter de son cercle de réflexion, Tony Blair Institute.

Theresa May dit « se battre pour un bon accord pour le Royaume-Uni ». Elle a obtenu un accord avec l’Union européenne après 17 mois de négociations difficiles, mais souhaite encore des « garanties » pour convaincre les députés britanniques, très divisés, de voter le texte.

« Je n’ai jamais perdu de vue mon devoir, à savoir mettre en oeuvre le résultat du référendum » de juin 2016, lors duquel 52% des Britanniques avaient voté pour sortir de l’UE.

Mais Tony Blair, opposé au Brexit, considère que « ni le peuple ni le Parlement ne s’uniront derrière l’accord de la Première ministre ».

Il préconise que le Parlement vote sur différentes options, dont l’accord négocié par Theresa May. « Si [les députés] ne peuvent pas se mettre d’accord, ce qui est logique est de redonner la voix au peuple », argumente M. Blair.

Pluie de critiques des Etats-Unis

L’Assemblée générale de l’ONU est appelée mardi 16 octobre 2018 à doter les Palestiniens qui sont au statut d’observateurs, de pouvoirs légaux supplémentaires afin qu’ils exercent en 2019 la présidence du Groupe des 77, un nouveau rôle critiqué par les États-Unis. Après une présentation dans l’après-midi d’une résolution en ce sens de l’Égypte, un vote est attendu dans la foulée. Au-delà de son enjeu juridique, ce texte est porteur de symbole alors que les Palestiniens ne sont pas dotés d’un État et que l’administration de Donald Trump semble avoir remis à après les élections américaines de novembre la divulgation d’un plan de paix destiné à régler le conflit israélo-palestinien.

Le 27 septembre, en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU, «le Groupe des 77 et de la Chine» – qui comprend en réalité aujourd’hui 134 pays au total– avait choisi la Palestine pour assumer sa présidence tournante en 2019. Créé à l’origine pour favoriser les intérêts économiques de ses membres, le G77, coalition d’États en développement, est aujourd’hui une force de négociation non négligeable au sein de l’ONU. Son statut d’observateur à l’ONU ne confère cependant pas à la Palestine tous les attributs légaux pour exercer cette présidence, d’où la nécessité d’une résolution pour lui attribuer des pouvoirs temporaires le temps d’une année.

Le texte de la résolution rappelle que «l’État de Palestine est sujet à de nombreux instruments conclus sous les auspices de l’Organisation des Nations unies et qu’il est membre à part entière de plusieurs institutions spécialisées et organes de l’Organisation des Nations unies». «Les Palestiniens sont observateurs. Ils ont besoin d’une résolution pour avoir la capacité de parler, de parrainer des textes, des prérogatives qu’ils n’ont pas», explique un diplomate sous couvert d’anonymat.

C'est une découverte pour le moins surprenante à laquelle ne s'attendait pas la jeune Saga Vanecek. Alors qu'elle se baignait dans un lac en Suède cette petite fille âgée de 8 ans a trouvé une vieille épée datant de l'ère avant l'Âge des Vikings. Si cette incroyable histoire remonte à cet été, elle n'a été révélée que le jeudi 4 octobre par le journal suédois The Local. Si le père, Andy Vanecek, n'a pas souhaité rendre cette découverte publique trop tôt pour ne pas attiser la curiosité des gens, sa fille a pu révéler son secret ce jour-là à ses camarades de classe et sa maîtresse d'école. Lors d'une fête organisée en classe, les élèves ont pu découvrir son anecdote grâce à ses interviews télévisées et radio.

La jeune suédo-américaine a déniché cette relique dans le lac Vidöstern situé dans le Comté de Jönköping. Le niveau de l'eau étant extrêmement bas à ce moment-là (dû à la sécheresse), c'est ainsi que la fillette a pu découvrir l'arme. «J'ai senti quelque chose dans l'eau et je l'ai saisie. Puis il y avait une poignée et je suis allée dire à mon père que ça ressemblait à une épée», raconte-t-elle à Sveriges Radio. Selon les experts du musée local, cette épée mesurant 85 centimètres pourrait avoir 1500 ans. «Ce n'est pas tous les jours que vous marchez sur une épée dans un lac», assure Mikael Nordström, un représentant du musée.

Quelque 12 millions de Yéménites pourraient se trouver au bord de la famine au cours des prochains mois, contre plus de 8 actuellement, si la situation économique et sécuritaire ne s’améliore pas, a alerté mardi l’ONU. «Le Yémen fait face à la plus grande crise alimentaire mondiale du moment, avec plus de 18 millions de personnes qui ne savent pas d’où va venir leur prochain repas. Plus de 8 millions d’entre eux sont considérés à la limite de la famine», a déclaré un porte-parole du Programme Alimentaire Mondial (PAM), Hervé Verhoosel.

Pour des raisons de sécurité, le PAM ne peut pas accéder, depuis septembre, à 51.000 tonnes de céréales qui se trouvent dans des silos dans la ville de Hodeida, dans l’ouest du pays en guerre. Ces céréales «sont situées dans un quartier où les combats sont quotidiens», a détaillé M. Verhoosel. Pour l’instant, le PAM dispose d’assez de céréales dans le pays pour aider 6,4 millions de Yéménites pendant deux mois et demi, a précisé le porte-parole. «Vu que les ports fonctionnent, nous avons plusieurs bateaux (acheminant de l’aide, ndlr) actuellement en route vers le Yémen. Nous avons également ouvert une route secondaire vers Oman avec de la nourriture que nous envoyons là-bas », a-t-il dit. Mais les humanitaires ne parviennent pas à acheminer cette aide à toutes les personnes vulnérables. «Nous avons besoin d’un accès, nous avons besoin qu’on nous garantisse notre neutralité, nous avons besoin que cessent les combats», a insisté le porte-parole.

Depuis mars 2015, date du début de l’intervention de la coalition menée par Ryad, le conflit au Yémen a fait près de 10.000 morts et provoqué «la pire crise humanitaire au monde» selon l’ONU. «Des enfants arrivent dans des états de malnutrition aiguë sévère absolument atroce», a déclaré pour sa part un porte-parole de l’Unicef, Christophe Boulierac, aux médias. « La souffrance des enfants et les morts, les décès d’enfants de maladies évitables et des conséquences de la malnutrition aiguë sont une réalité quotidienne au Yémen», a-t-il ajouté.

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

redac@actuel-dz.com
l.actuel@gmail.com

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.