Zapping

Exposition universelle Dubaï 2020

L’Exposition universelle Dubaï 2020 se tiendra du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021 et célèbrera le 50ème anniversaire des Emirats arabes unis. L’émir de Dubaï, Cheikh Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum, aussi Vice-président et Premier ministre des Emirats, a promis «d’étonner le monde» avec cette exposition. L’Expo 2020, ce sont plus de 180 pays représentés (150 confirmés fin 2017), 25 millions de visiteurs attendus (dont 70% internationaux), 277.000 emplois et 438 hectares d’exposition.

Une thématique forte «Connecter les esprits, construire le futur» déclinée en trois piliers : mobilité, durabilité et opportunité. Dubaï, c’est aussi une dynamique ambitieuse d’une dizaine de projets colossaux, soit 228 milliards de projets de construction en cours qui seront livrés en 2020.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a commencé sa tournée africaine le 26 février 2018 par l'Algérie, son premier partenaire commercial sur le continent. Au menu, une rencontre avec son homologue algérien et la signature d'accords de coopération. C’est aux côtés d’Emine, son épouse, vêtue de noir et coiffée d’un foulard orangé, que Recep Tayyip Erdogan est arrivé, lundi 26 février en fin de journée, à Alger, première étape d’une tournée africaine qui l’avait ensuite conduit en Mauritanie et au Sénégal, et qui s’achèvera au Mali. Accueilli à l’aéroport Houari-Boumediene par Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la nation, le chef de l’Etat turc est allé se recueillir au Mémorial du martyr, avant de s’entretenir en tête-à-tête avec Ahmed Ouyahia, le Premier ministre algérien, à l’hôtel Sheraton.

Erdogan n’était pas en terre inconnue, puisqu’il s’agissait de sa quatrième visite en Algérie. La première remonte à mai 2006, lorsque, un an après avoir reçu le président Abdelaziz Bouteflika à Ankara, celui qui n’était encore que Premier ministre s’était rendu à Alger pour y signer un accord d’amitié et de coopération. Le volume des échanges commerciaux atteignait alors 2 milliards de dollars. Ils plafonnent aujourd’hui à 3,5 milliards. Sa visite a été couronnée par la signature de sept protocoles bilatéraux dans divers secteurs, y compris l’agriculture, le patrimoine culturel commun, les hydrocarbonés, les échanges universitaires et la turcologie (entre l’Institut Yunus-Emre et l’Université Sétif 2).

Qui l’eut cru ! L’annonce est aussi inattendue que spectaculaire : le président américain, Donald Trump, a accepté de rencontrer son homologue nord-coréen, Kim Jong-un, d’ici à la fin de mai. La date et le lieu de cette entrevue restent à déterminer, a dit la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, jeudi 8 mars.

Le dirigeant nord-coréen s’est engagé à oeuvrer à la «dénucléarisation» de la péninsule coréenne et à s’abstenir «de tout nouveau test nucléaire ou de missile», selon le conseiller à la sécurité de la République de Corée (Sud). Ce rebondissement, impensable il y a quelques semaines encore, fait suite à une rencontre entre une délégation sud-coréenne de haut niveau et Kim Jong-un, après deux années de très vives tensions liées aux programmes nucléaire et balistique de la République populaire démocratique de Corée (Nord). Cette annonce fait suite à la remarquable détente qui s’est amorcée dans la péninsule depuis le début de l’année à la faveur des jeux Olympiques (JO) d’hiver de Pyeongchang.

Après s’être longuement entretenu lundi avec Kim Jong-un, M. Chung avait assuré que ce dernier était désormais prêt à bouger sur le dossier longtemps tabou de l’arsenal nucléaire de Pyongyang, «si les menaces militaires contre le Nord disparaissent et si la sécurité de son régime est garantie». Après cette mission à Pyongyang, la Présidence sud-coréenne avait fait savoir que le Nord était prêt à un «dialogue franc» avec les Etats-Unis pour évoquer la dénucléarisation et suspendrait tout essai nucléaire ou de missile pendant la durée des discussions.

Jeff Bezos, 54 ans, est désormais l'homme le plus riche du monde grâce au succès planétaire d'Amazon, mais ce multimilliardaire plutôt discret a d'autres hobbies, comme la conquête spatiale ou… la construction dans une montagne d'une horloge géante. Grâce à la hausse des actions Amazon, sa fortune dépasse désormais 110 milliards de dollars, plus que celle du fondateur de Microsoft, Bill Gates, passé en deuxième position, selon le classement du magazine Forbes. Sa recette du succès ?

Dans le sens de l'avenir.
«Il faut être agile et robuste, pour pouvoir encaisser les coups, et il faut être rapide, innovant et (aller) très vite, c'est la meilleure défense contre l'avenir. Il faut toujours aller dans le sens de l'avenir. Si on se détourne de l'avenir, (il) gagnera», dit-il. De l'eau a coulé sous les ponts depuis 1994, lorsque Jeff Bezos fonda Amazon, dans son garage, selon la légende. Simple libraire en ligne au départ, longtemps déficitaire, le site est devenu aujourd'hui un géant tentaculaire incontournable qui domine le commerce électronique, l'informatique dématérialisée («cloud») ou les assistants vocaux intelligents, avec Alexa. En Bourse, le mastodonte de Seattle, dans le nord-ouest du pays, pèse aux alentours de 750 milliards de dollars. La méthode Bezos ? Investir tous azimuts et bouleverser des secteurs économiques en baissant les prix, au point d'être surnommé le «perturbateur-en-chef»

Pour 675 euros, cette miniéolienne alimente toute la maison. Cette invention est annoncée comme une révolution dans le monde de l'éolien. Abordable et puissante, elle pourrait démocratiser l'énergie renouvelable. Pourquoi consommer une énergie polluante et chère quand on peut choisir une électricité propre… et gratuite ? Telle est la question que nous pose l’apparition de cette nouvelle et spectaculaire invention.

Deux jeunes frères indiens ont, en effet, mis au point une mini-éolienne révolutionnaire qui, pour quelques centaines de dollars, serait capable de fournir suffisamment d’énergie pour une petite maison dans les pays en développement, et ce, indéfiniment ! Voilà qui mérite toute notre attention… Ces deux génies s’appellent Arun et Anoop George. Ce sont les fondateurs d’Avant-Garde Innovations, une startup spécialisée dans l’énergie renouvelable.

La petite merveille qu’ils ont mise au point sera prochainement commercialisée pour 50.000 roupies, soit 675 euros. Pas plus grande qu’un ventilo de plafond, l’éolienne d’Avant-Garde Innovation peut produire entre 3 et 5 kWh par jour tout au long de son existence ! A titre de comparaison, en moyenne, la consommation en énergie est de 13 kWh par jour et par foyer. «Notre but, c’est de faire disparaître la pauvreté énergétique, réduire la dépendance des citoyens vis-à-vis d’un Etat qui manque de moyens et créer de l’énergie qui permette à chacun de s’autosuffire», déclarent les deux inventeurs.

Dans un premier temps, les deux frères visent l’Inde, un pays qui se situe déjà au quatrième rang des pays comptant le plus d’éoliennes (derrière la Chine, les Etats-Unis et l’Allemagne). Mais, à terme, leur objectif est d’écouler 1 milliard de leurs éoliennes à travers le monde ! Cet objectif semble gigantesque, mais, après tout, pourquoi pas : la transition énergétique ne se fera pas sans un maximum d’ambition !

Tir de missile nord-coréen

En 2017, la Corée du Nord, qui a multiplié les tirs de missiles, a tiré en tout 20 missiles nucléaires. Le 28 novembre, ce pays a tiré un missile balistique intercontinental à une hauteur jamais atteinte lors de ses précédents tirs. Un tir intervenu peu après que le président américain ait classé le pays sur la liste des pays qui soutiennent le terrorisme. Fin novembre, le dirigeant Kim Jong-un déclare que son pays est devenu un Etat nucléaire après avoir testé avec succès un missile capable de frapper n’importe où aux Etats-Unis. Ce qui est suffisant pour atteindre Washington. Même si le missile était allégé, car il ne portait sans doute aucune ogive, ce tir montre que le programme balistique de Pyongyang continue de progresser.

La Corée du Sud a d’abord répliqué militairement : 5 minutes seulement après le tir nord-coréen, l’armée sud-coréenne a mis à feu deux missiles en mer du Japon, près de la frontière maritime avec le Nord.

A l’issue d’une réunion d’urgence de son Conseil national de sécurité, le président sud-coréen, Moon Jae-in, a qualifié l’essai balistique nord-coréen de «provocation téméraire». Il a promis de poursuivre sa politique de sanctions et a appelé Pyongyang à reprendre le dialogue. Donald Trump menace, pour sa part, de «détruire totalement» la Corée du Nord en cas d’attaque. Le 22 décembre 2017, l’ONU durcit les sanctions contre la Corée du Nord.

Les enjeux économiques et mémoriaux ont été au centre de la visite «d’amitié et de travail» du président français, Emmanuel Macron, le 6 décembre 2017 en Algérie. La visite d’Emmanuel Macron à Alger, le mercredi 6 décembre, sa première visite en tant que président français en Algérie, est «importante», selon l’Elysée. Elle permet de souligner «la profondeur et la densité des liens entre les deux pays».

Au cours de sa visite, Emmanuel Macron s’est entretenu avec le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et a eu une audience avec le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Un petit bain de foule dans le centre d’Alger, une visite à la librairie du Tiers-Monde, célèbre librairie de la capitale qui avait failli disparaître, et des rencontres avec des personnalités de la société civile ont été également dans le programme de sa visite.

Avec un geste très symbolique, Emmanuel Macron a annoncé qu'il est «prêt» à ce que la France restitue des crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française. Jusqu'à présent, ils étaient conservés au Musée de l'Homme à Paris.

Le président français espère ainsi régler un des contentieux historiques entre les deux pays.

C'est début juillet 2017 que la rumeur se fait de plus en plus insistante. Alors qu'il avait, disait-on, le Monégasque MBappé en ligne de mire, le PSG a finalement jeté son dévolu sur la pépite du Barça, Neymar, troisième pointe de l'ébouriffant trio qu'il compose avec Lionel Messi et Luis Suarez. Pour faire venir celui qui talonne Ronaldo et Messi sur le podium des meilleurs joueurs au monde, le PSG ne lésine pas sur les moyens financiers. La clause libératoire du joueur se situe à 222 millions d'euros, et le joueur se serait vu promettre un salaire annuel net de 30 millions d'euros, accompagné d'une prime à la signature de 100 millions d'euros.

Après donc des semaines d'atermoiements, de démentis côté barcelonais et de discours prudents côté parisien, le joueur a finalement signé un contrat de cinq ans avec le PSG jeudi 3 août 2017, après avoir racheté sa clause libératoire au Barça.

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

redac@actuel-dz.com
l.actuel@gmail.com

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.