L'Edito du mois

L’heure de vérité a sonné

Vraisemblablement, les deux événements phares de l’année écoulée ne sont autres que l’avènement du fameux Hirak, qui, d’ailleurs, mérite d’être inscrit en lettres d’or dans les annales de l’Histoire extraordinaire de notre merveilleux pays, ainsi que l’organisation du scrutin présidentiel considéré comme une petite porte de secours dans une Algérie en pleine crise multidimentionnelle. L’essentiel est que la page de 20 ans de règne du « Bouteflikisme » est définitivement tournée, et s’ouvre une autre sous l’ère Tebboun.

Alors qu'une cascade de tuiles continue de lui tomber sur la tête, le pouvoir ne lâche pas prise et s'obstine à demeurer un mauvais élève au lieu de passer la main comme « ordonné » par le Hirak. Comme dirait l'autre, la mauvaise graine ne meurt jamais, sinon il faudrait mobiliser les grands moyens pour procéder à son extermination ou à défaut à en éliminer une partie pour permettre à la bonne graine de retrouver le bon terrain et bien pousser. Il n'y a rien de sibyllin dans les desseins de ces Algériens et Algériennes qui, d'une seule voix, ont scandé « Quassaman, Quassaman, Quassaman ».

Conflit de compétences

La conjoncture politique et socio-économique de notre pays, conjuguée aux récents évènements de la rue, est tombée à point nommé avec le rendez-vous annuel des professionnels du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics (Batimatec - version 2019). Pourquoi ? D’après les acteurs du monde du bâtiment, c’est une opportunité fortuite qui va ouvrir la voie à la « démocratisation » de l’acte de bâtir longtemps prisonnier des décisions de la tutelle.

La bombe environnementale

Le volume des déchets tous genres confondus produit en Algérie était de 22,94 millions de tonnes en 2017, il est passé à 34 millions de tonnes en 2018 et devrait atteindre les 70 millions de tonnes en 2035. Ces déchets vont devenir l’un des grands enjeux de l’Algérie dans le moyen terme et ce, dans le sillage de la poursuite du développement socio-économique du pays et de sa démographie galopante, sachant que sa population devra atteindre les 51 millions d’habitants à l’horizon 2035. C’est pourquoi, la complexité de la gestion des déchets est l’un des grands enjeux de l’Algérie de demain. Aussi, demain c’est aujourd’hui !

On a souvent entendu dire « impossible n’est pas algérien », et pourtant ! A en croire les décideurs algériens (officiels et officieux), notre pays est en mesure de devenir dans les quelques années à venir (on ne sait pas quand) un géant économique et technologique africain et méditerranéen, pour peu que le patriotisme national de tout un chacun se manifeste. Si pour certains grands stratèges de la politique économique, le patriotisme national est l’un des piliers de la nation et la force créatrice qui inspire le peuple pour réaliser des exploits et des percées, or cela fait cruellement défaut chez nous.

Rédaction et Administration

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

[email protected]
[email protected]

Régie Publicitaire et Abonnements

Lot. Ben Achour Abdelkader Villa n° 27. Chéraga - ALGER

 

Tél. : 213 (0) 21 37.29.63 / 213 (0) 21 36.38.73
Fax : 213 (0) 21 37.58.58

 

ANEP Régie presse
1, rue Pasteur - Alger

à Savoir

Les manuscrits, photographies, illustrations ou tout autre document adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’aucune réclamation.

 

La rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter afin de recevoir nos dernières infos.