• triemploi
  • bms
  • siel
Désenclavement des zones d’ombre : Le MPTTN et ATM Mobilis à pied d’œuvre

Désenclavement des zones d’ombre : Le MPTTN et ATM Mobilis à pied d’œuvre

Rédigé par B. K. / Economie / lundi, 18 janvier 2021 09:37

Développement. Élevées au rang de « priorité absolue » par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dans le cadre des programmes de développement local, les zones d’ombre sortent peu à peu de l’isolement dans lequel elles étaient reléguées jusque-là, au point de passer du stade de sujet tabou à celui de leitmotiv de l’Etat.

Symbole de cette Algérie profonde qui ne demande qu’à se soustraire de l’isolement socio-économique auquel elle a longtemps fait l’objet, ce dossier prend, en ce début d’année 2021, des allures de pierre angulaire du quinquennat du président, qui n'a eu de cesse d'affirmer, depuis son investiture à la magistrature suprême du pays, que l'édification de l'Algérie nouvelle « ne saurait se concrétiser sans la promotion de ces zones et la prise en charge des doléances de leurs populations ».

L’objectif tracé par l’Exécutif n’est autre que celui de l’amélioration du cadre général et des conditions de vie de millions de citoyens et contribuables algériens, à travers la mise en oeuvre des principes de la justice sociale. Selon les chiffres dévoilés récemment par le conseiller du président de la République chargé des zones d'ombre, Brahim Merrad, l’Etat a consacré une enveloppe de plus de 184 milliards de dinars à la réalisation de 12.489 projets de développement sur près de 33.000 projets destinés aux zones d’ombre au niveau national. A commencer par l’accès aux technologies des télécommunications (TIC) et à l’information.

Pour montrer la voie et cristalliser son adhésion à ces principes, le ministère de la Poste et des Télécommunications et des Technologies et du Numérique (MPTTN) et son partenaire ATM Mobilis ont tracé un programme ambitieux, notamment via la mise en place d'une couverture mobile haut et très haut débits, ainsi que des solutions innovantes pour favoriser l'accès à l'information, au savoir et aux connaissances. Un engagement qui se traduit par une ribambelle de réalisations dans plusieurs wilayas du pays, dont voici quelques illustrations.

A l’Est

A Mila, les services de la Direction opérationnelle d’Algérie Télécom s’emploient à déployer les réseaux de télécommunications dans 26 zones d’ombre de la wilaya, réparties à travers plusieurs communes, telles Ouled Khelouf et Minar Zarza. En octobre 2020, le directeur local du secteur, Adel Rachid, indiquait que les travaux avaient été achevés dans 10 zones, soulignant que ce programme porte sur l’extension du réseau de fibre optique et le déploiement d’un total de 72 km de câbles.

L’opération porte également sur l’installation d’antennes 4G qui, eu égard au relief difficile de ces régions, se sont affirmées comme étant la meilleure option pour pallier la difficulté de déployer le réseau de téléphonie fixe, selon la même source.

A l’Ouest

A l’autre bout du pays, et plus précisément dans la wilaya d’Oran, ce sont pas moins de 15 stations 4G LTE qui ont été programmées à la réalisation dans des zones d’ombre par Algérie Télécom, dans le but de permettre aux habitants de ces régions de bénéficier plus facilement des services de téléphonie fixe et de l’Internet.

L’opération de réalisation de ces stations a été programmée dans le cadre du plan d’Algérie Télécom (2019-2020) pour fournir à ces zones isolées des prestations de téléphone fixe et d’Internet, selon le directeur opérationnel de l’entreprise à Oran, Dahmani Habib. Au mois de juin 2020, 6 stations 4G LTE, comprises dans le programme, ont été réalisées au profit des zones d’Arzew, Oued Tlélat, Aïn-Tassa et Aïn-El-Kerma. L’opération se poursuit pour inclure d’autres zones au cours de l’année 2020, avait indiqué le même responsable.

Toujours à l’Ouest, et dès le mois de février 2020, le ministre des MPTTN, Brahim Boumzar, avait déclaré, en marge d’une visite d’inspection dans la wilaya de Tissemsilt, que son département « garantira la couverture des zones d’ombre par les services postaux et des télécommunications, notamment à travers la connexion aux réseaux téléphoniques fixes et mobiles, ainsi que l’Internet ». Des propos aussitôt étayés par des faits, à travers le coup d’envoi donné pour la réalisation d’une station de base pour l’Internet à haut débit de 4e génération, au niveau de la zone de Elabias, dans la commune de Lerjam.

Au Sud

Force est de constater que les régions du sud du pays sont celles où les besoins de réaliser un saut qualitatif et quantitatif en matière de développement des infrastructures de télécommunications se font le plus sentir. En décembre dernier, le MPTTN et ATM Mobilis ont annoncé la mise en service de 7 nouvelles antennes installées sur l’axe autoroutier de la RN 03 reliant Aïn-Aménas à Djanet, dans la wilaya d’Illizi, sur une longueur de 650 km.

Les endroits où sont installés ces nouveaux équipements sont Tiguentourine, l’intersection de Tarat, le point en direction de Djanet (PK50), Sirghaoune, l’intersection Ihrir, Oued Sersouf et la centrale électrique Tidjentouret, à l’entrée de la ville de Djanet. Mobilis assure, par ailleurs, que la mise en service de ces nouvelles antennes permettra d’augmenter à plus de 90% le taux de couverture de cette wilaya en réseaux 3G et 4G.

L’éducation des plus jeunes n’est pas en reste !

La stratégie tracée par le MPTTN pour les zones d’ombre comprend également un volet dédié à l’éducation, à travers le lancement de plusieurs projets visant à améliorer et vulgariser l’accès aux moyens modernes de l’instruction et de l’apprentissage.

A ce titre, le raccordement des écoles primaires des régions enclavées du pays au réseau Internet comme une priorité et ce, dans le cadre des efforts visant à encourager les élèves du cycle primaire à utiliser les nouvelles technologies dans l’aspect pédagogique et éducatif.

A ce titre, le MPTTN a initié un programme de grande envergure visant à interconnecter 27.000 établissements scolaires et 4.000 établissements sanitaires à travers le pays via le satellite algérien Alcomsat1. Une opération en adéquation avec l’engagement de l’Algérie pour la mise en oeuvre des dix-sept objectifs établis par les Nations unies dans son agenda 2030 Objectifs de développement durable.

Elle s’inscrit, aussi, dans le cadre de l’amélioration de l’accès aux services des secteurs de l’éducation nationale et de la santé publique, dont l’objectif est de consolider et d’élargir le développement humain, à l’effet de satisfaire les besoins croissants de la population et de garantir la disponibilité de ces services dans toutes les régions du pays.

TAGS

Please publish modules in offcanvas position.