• triemploi
  • bms
  • siel
  • secura
  • dentex
Croissance économique : Ce que prévoit le FMI

Croissance économique : Ce que prévoit le FMI

Rédigé par Salim B. / Economie / mardi, 18 mai 2021 04:26

Optimisme. Selon le FMI, l’économie nationale va enregistrer durant l’exercice actuel une croissance de près de 3% (2,9) et ce, après un plongeon de 6% en 2020 pour des raisons évidentes. Cette croissance sera, néanmoins, moins forte en 2022 avec une légère baisse à 2,7%.

Une année après l’apparition de la pandémie de la Covid-19, difficile de connaître au mieux ces incidences sur l’économie nationale. Certes, elle est sensiblement impactée à l’instar de toutes les économies de la planète, mais ses agrégats financiers montrent une certaine résilience. Pour avoir une idée sur l’impact de la pandémie sur les différents compartiments économiques du pays, les chiffres rendus publics par des institutions financières renseignent sur l’état général de l’économie nationale. Se basant sur ces chiffres, le Fonds monétaire international (FMI) a fait état, au début du mois dernier, de l’amélioration des principaux indicateurs. Ainsi, selon cette institution, l’économie nationale va enregistrer durant l’exercice actuel une croissance de près de 3% (2,9) et ce, après un plongeon de 6% en 2020 pour des raisons évidentes. Cette croissance sera, néanmoins, moins forte en 2022 avec une légère baisse à 2,7%. Les chiffres du chômage aussi restent peu rassurants, selon le dernier rapport de l’Institution sur les perspectives économiques mondiales.

Le chômage évoluerait, ainsi, de 14,2% en 2020 à 14,5% en 2021 et à 14,9% en 2022. En d’autres termes, le phénomène va entamer une courbe croissante. Une prévision qui pourrait prendre son origine dans l’impact de la crise de la Covid-19 sur l’économie. D’ailleurs dans ce sens, le ministre des Finances a évoqué à la fin du mois dernier, lors d’une rencontre par visioconférence avec le directeur du département du Moyen-Orient et de l'Asie centrale (MOAC) au Fonds monétaire international (FMI), les retombées économiques de la Covid-19.

Le ministre a ainsi expliqué que l’Algérie a engagé des efforts sur les plans fiscal, économique et social en vue d’atténuer les effets de la pandémie sur l’économie. Il précisera dans ce sens que dans le but d’annihiler ces effets, le pays a engagé la bagatelle de 1,3 milliard de dollars. En plus des efforts déployés face aux incidences de la Covid, le pays, selon le ministre, s'est engagé dans un processus de réformes fiscales et budgétaires. Sur ce dernier point, le ministre a expliqué que le point qui serait touché par cette réforme est la rénovation de la politique budgétaire, dans le sens d'une rationalisation des dépenses et une maîtrise des risques budgétaires. D’autres points liés à l’action du département des finances ont été cités par le ministre et tendent à permettre une meilleure dynamisation du marché des capitaux, mais également une amélioration de la gouvernance des banques.

TAGS

Please publish modules in offcanvas position.